Angioplastie coronaire avec pose de stent.

L’angioplastie coronaire est l’intervention qui consiste à traiter une artère coronaire rétrécie, par exemple dans le cas de la maladie coronarienne, en la dilatant au moyen d’une sonde munie d’un ballon gonflable à son extrémité. Cette intervention se fait sous anesthésie locale en général dans les suites d’une coronarographie diagnostique. Il arrive que le patient ait déjà eu la coronarographie au préalable et que l’on pratique donc directement l’angioplastie.

Ballonnet

La technique du ballonnet consiste à amener dans l’artère, sous contrôle radiologique, au niveau du rétrécissement, un petit ballonnet qui est gonflé au niveau de la zone rétrécie.  Le ballonnet écrase ainsi la plaque d’athérome permettant d’agrandir le diamètre de l’artère.
Puis le ballonnet est dégonflé et le flux artériel rétabli. Un contrôle radiologique est effectué afin de vérifier qu’il n’existe plus d’obstacle et que l’on peut précéder à l’implantation d’un stent.

La 2ème étape débute alors avec l’implantation du stent qui est serti sur un autre ballonnet et est implanté à haute pression. L’artère coronaire est par la suite opacifiée pour attester le bon résultat de la dilatation. Si le stent est insuffisamment déployé on peut être amené à gonfler un nouveau ballonnet à plus haute pression afin d’écarter idéalement la prothèse (post-dilatation). Lorsque la lésion est simple et non calcifiée on peut implanter directement le stent sans dilatation préalable au ballonnet  (stenting direct).

Stent

La seconde technique consiste à poser un stent, mini-ressort que l’on introduit dans l’artère pour éviter qu’elle ne se rebouche. L’intérêt de cette solution est de maintenir l’artère ouverte grâce au ressort qui reste en place alors que le ballonnet est retiré. Le stent, ou endoprothèse, est une prothèse métallique qui ressemble à un ressort et permet une ouverture permanente de l’artère Celui-ci est placé à l’endroit de l’obstruction de l’artère coronaire, face à l’obstacle puis appliquée contre les parois de l’artère. Afin d’éviter la formation de caillots qui pourraient boucher à nouveau l’artère coronaire, on met souvent en place maintenant des « stents actifs », c’est à dire enrobés de substances s’opposant au phénomène de « re-bouchage ». Cette technique nécessite une coronarographie. Le flux sanguin artériel est rétabli en raison de l’ouverture de l’artère coronaire.

Il arrive parfois, au bout de plusieurs semaines ou plusieurs mois, qu’un caillot sanguin se forme au niveau du stent, risquant ainsi de boucher l’artère et de provoquer un infarctus. Un traitement anticoagulant permet ainsi de résorber ce caillot. Une coronarographie peut être effectuée pour s’assurer de la mise en place du ressort.

Des questions à propos de nos prestations ?

Remplissez le formulaire ci-dessous  (Veuillez SVP saisir tous les champs):

Votre prénom:

Votre nom:

Votre numéro de téléphone:

ouinon

Nom de votre médecin traitant (facultatif):

par téléphonepar email